Boutique des cadeaux et souvenirs d’Algérie
algerie-photographie-nature-faune-patrimoine-mourad-harzallah-singe-macaque

Mourad, le photographe qui regarde les animaux dans les yeux 

Il est professeur d’arts plastiques, mais consacre ses week-ends et ses vacances à photographier la nature : Mourad Harzallah parcourt tout le pays, arpente selon les saisons déserts ou zones humides, et au hasard des rencontres, immortalise la faune algérienne.

Le renard roux à l’heure de la sieste

« Nous avons trois sortes de renards en Algérie : le renard roux (Vulpes vulpes), comme sur cette photo, le renard famélique (Vulpes rueppellii) et le fennec (Vulpes zerda). J’ai pris celui-ci en photo près de Sétif. Je me promenais dans la forêt quand je suis tombé sur un terrier. Mais il a fallu que je revienne plusieurs fois, plusieurs jours, pour avoir la chance de tomber sur les parents et leurs renardeaux», raconte Mourad à MyAlgeria.

Le renard roux est très répandu en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, et il s’est développé au début du XXe siècle en Afrique du Nord et en Australie où il a été introduit par les chasseurs. 

L’araignée aux pattes de velours

Cette araignée bien grasse et bien velue appartient à la petite famille des Eresidae, genre Eresus, que l’on appelle de façon très élégante en anglais « velvet spider » en raison de la texture de son corps, proche du velours. 

« Alors que le mâle est coloré, la femelle, comme sur cette photo, est toute noire et plus grosse », précise Mourad. Très répandue sur tout le continent – elle a été prise en photo du côté de Bordj Bou Arreridj – elle est aussi reconnaissable à ses pattes robustes et à la toile qu’elle tisse au sol, en forme de tube. 

Un lézard sous le soleil du Sahara

Ce gros « lézard », un Agama tassiliensis, rencontré au sud de Djanet, est endémique du Tassili n’Ajjer et du Hoggar – mais selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), on peut aussi le trouver en Libye, au Niger et au Tchad, dans les habitats rocheux et les régions montagneuses. 

Sur cette photo, il fait ce qu’il préfère : se prélasser au soleil avant de s’abriter dans les creux des rochers, à la nuit tombée.

Un chouette regard

« Même si mon oiseau préféré est la Sittelle kabyle (Sitta ledanti), que l’on ne trouve qu’en Kabylie, j’aime photographier tous les oiseaux, comme ici la Chevêche d’Athéna (Athene noctua), qui aime les zones ouvertes, comme les champs, où elle peut détecter ses proies », souligne le photographe.

Cette chouette au regard hypnotique, qui aime nicher dans les cavités des arbres (comme sur la photo), doit son nom à la déesse grecque de la connaissance et de la sagesse. 

Une souris, ça trompe énormément

Ce petit rat à trompe (Petrosaltator rozeti), que l’on appelle souris-éléphant en arabe, ne se trouve qu’en Afrique du Nord, du Maroc à la Libye, dans les zones semi-désertiques et en haute montagne. 

« Je l’ai trouvée près de Mécheria. Alors que je suivais une vipère, je suis tombé nez à nez avec elle entre deux rochers », se souvient Mourad. Ce petit insectivore est une espèce peu connue car peu étudiée. 

Le sourire du macaque de Barbarie

Le macaque de Barbarie (Macaca sylvanus), seul singe à l’état sauvage en Algérie et au Maroc, est classé parmi les espèces menacées de la liste rouge de l’IUCN. 

En Algérie, on trouve encore des populations isolées dans les gorges de la Chiffa (au pied de l’Atlas tellien), dans le Djurdjura, à Tikjda, Akfadou, Béjaïa, dans le Gouraya, à Yakouren, Kherrata, Darguina, Taza, Aït Allouane, Guerrouche et la chaîne des Babors.  

« Cette femelle était très méfiante, car elle portait son bébé sur le dos », se souvient Mourad. « Malgré cela, j’aime beaucoup son expression et son regard, tout comme la lumière qui éclaire son pelage. »

Une faim de loup

Le loup doré africain (Canis lupaster), un cousin du chacal et du loup gris, est uniquement recensé en Afrique du Nord et sur une partie de l’Afrique centrale. En Algérie, on le rencontre dans le Djurdjura. 

« Je me promenais quand il est venu vers moi. Il avait faim et pensait sans doute que je pourrais lui donner à manger », témoigne le photographe.

Huppe fasciée aérodynamique 

Cette huppe fasciée (Upupa epops) a été prise en vol, à AïnTaghrout. Son plumage roux, sa queue noire barrée de blanc, sa grande huppe et son bec courbé la rendent tout de suite reconnaissable. 

En Afrique, on la trouve au Maghreb et dans une bande subsaharienne continue du Sénégal à la Somalie et au Kenya. Si elle n’est pas menacée, l’appauvrissement de son écosystème entraîne une baisse régulière des populations. 

Opération camouflage pour la rainette

Prise en gros plan, cette rainette méridionale (Hyla meridionalis), trouvée à Akfadou, a l’air énorme mais « en réalité, c’est une toute petite grenouille », précise Mourad. 

Sa capacité d’adaptation à de nombreux habitats, même dégradés, la protège pour l’instant. Elle aime les arbres et les arbustes à proximité d’une source d’eau : de la végétation bien verte au milieu de laquelle elle peut… passer inaperçue ! 

Un bourdon au henné

« Contrairement à un être humain, un oiseau ou un insecte n’obéit pas aux consignes du photographe ! Dès qu’il nous voit, il s’enfuit. Les photos sont toujours un peu volées. Ici, un bourdon roux de Bordj Bou Arreridj. » Le bourdon roux, l’autre nom du bourdon des champs (Bombus pascuorum), est reconnaissable à cette touffe de poils roux ébouriffés sur le haut du thorax.

21
Algérie-femmes-DASSINE-OULT-YEMMA-2

Quiz : Connaissez-vous ces illustres Algériennes ?

 

Testez vos connaissances sur les femmes qui ont marqué l’histoire de l’Algérie. Une manière ludique de faire partager de flamboyants destins avec les nouvelles générations.

Ce quiz est basé sur l’ouvrage et les dessins de Halima Guerroumi (éditions Médias Plus), Figures algériennes.  

1 / 7

Qui était Fatma Tazoughert (1544-1641) ?

2 / 7

Lalla Zineb (1850-1904) s’est illustrée comme…

3 / 7

Yasmina Chellali s’est fait un nom comme…

4 / 7

Qui était Zina Harraïgue (1934-2016) ?

5 / 7

Djamila Debèche (1926-2010) était une pionnière. Une…

6 / 7

Aldjia Benallegue Nourredine (1919-2015) est connue comme

7 / 7

Quelle trace Dassine Oult Yemma (XXe siècle) laisse dans l’histoire ?

Autres articles

Le fabuleux destin de La Bataille d’Alger

Le fabuleux destin de La Bataille d’Alger

Chaque année, on regarde encore et encore à la télévision ce film-monument, La Bataille d’Alger, de Gillo Pontecorvo. Mais connaît-on vraiment l’extra...

05/14/2024

En mai, organise-toi comme il te plaît

Voici pour le mois de mai un planner qui célèbre l’éclat du printemps et la beauté de l’architecture maghrébo-andalouse. Téléchargez-le gratuitement, ...

05/01/2024

Algérie : vos meilleurs plans pour le mois du patr...

Médéa. Les activités seront lancées le 19 avril avec l’organisation d’un événement intitulé « Printemps culturel et patrimonial de Médéa », dans la ré...

04/21/2024

Pour l'Aïd, une carte gratuite à télécharger et à ...

Les Corsaires Associés vous souhaitent un Aïd Moubarak ! 🕌💖 Et si, pour accompagner vos cadeaux et transmettre vos vœux les plus chaleureux à vos p...

04/10/2024

Les orgues de Tadmaya, un trésor géologique

Les orgues de Tadmaya, un trésor géologique

Dans la région de Beni Saf, à 60 km de Tlemcen, des orgues basaltiques de 50 m de hauteur ont été formées par le refroidissement de coulées de laves i...

04/07/2024

Algérie : les supers plans des soirées du Ramadan 

Rire avec Abdelkader Secteur  Fou rire garanti avec l’unique Abdelkader Secteur, qui donne un tout nouveau spectacle à ne pas rater, dans ...

03/21/2024

Inscrivez-vous à la Kounouzletter, la newsletter des trésors des Corsaires

Vous recevrez régulièrement des offres exclusives, des informations en avant-première sur nos produits.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, à ce titre les conditions de vie privée et conditions d'utilisation Google s'appliquent